Á propos de gynécomastie

 

Gynécomastie
La gynécomastie est le développement excessif des glandes mammaires chez l'homme. Elle peut être congénitale ou due à une maladie, à une tumeur ou à la prise de certains médicaments. Elle peut toucher un sein (gynécomastie unilatérale) ou les deux (gynécomastie bilatérale).

Épidémiologie

Les enfants peuvent être concernés dès la naissance, et parfois avec un seul sein hypertrophié.

Quand le phénomène apparait à l'adolescence (due à une sécrétion plus précoce d'œstrogènes alors que le niveau de testostérone est encore bas), les symptômes disparaissent dans 90 % des cas après quelques mois ou au plus après quelques années.

Elle est présente chez près de la moitié des hommes âgés, probablement secondaire à un taux de testostérone diminue.

Une étude publiée en 2012 a montré que les soldats allemands effectuant des parades incluant un mouvement consistant à frapper leur arme contre leur sein gauche développaient plus particulièrement une gynécomastie unilatérale dont le seul traitement est l'ablation.

Mécanisme, physiopathologie

Le développement de la glande mammaire est dû à un déséquilibre de la balance androgènes, œstrogènes en faveur de ces derniers. Ce déséquilibre peut s'expliquer par:

  • une diminution de la testostérone (ex.: hypogonadisme central ou périphérique, primitif ou acquis) ;

  • une augmentation de la SHBG (Sex Hormone-binding globulin) qui conduit à une diminution relative de la forme libre, et donc active, de la testostérone (c'est le cas dans l'hyperthyroïdie, certaines maladies du foie) ;

  • une augmentation des œstrogènes (dans certaines formes du cancer du testicule ou en cas d'excès d'aromatisation (transformation chimique des précurseurs œstrogènes en cette dernière) dans le tissu graisseux périphérique ou lors d'une hyperthyroïdie ou d'une maladie de Klinefelter) ;

  • une inefficacité des récepteurs hormonaux aux androgènes (secondaire à un traitement) ;

  • un déplacement de l'œstrogène de son récepteur (la SHBG) par une molécule, augmentant ainsi la forme libre de cette hormone (cas de certains médicaments).